Non classé

Les exploitations laitières qui privilégient le recours aux pâturages sont-elles plus performantes ?

Les exploitations laitières qui privilégient le recours aux pâturages sont non seulement plus écologiques, mais aussi plus performantes économiquement et socialement, selon une étude du réseau de valorisation de l’agriculture durable Civam, soutenu par l’ONG WWF France.

« Nous voulions savoir s’il y avait une corrélation entre la taille de la ferme et le résultat économique », explique Joël Restif, agriculteur en Ille-et-Vilaine pour le réseau des Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (Civam).

Pour cela, le Civam a comparé les résultats de 170 fermes du réseau en agriculture durable (AD), mais non bio, de l’ouest de la France, avec un échantillon ciblé de 354 fermes du réseau d’information comptable agricole (Rica), qui alimente les informations statistiques du ministère de l’Agriculture.

Sans surprise, ils ont trouvé une moindre utilisation de produits phytosanitaires et moins d’émissions de carbone dans les fermes qui laissent leurs vaches pâturer et achètent peu de compléments d’alimentation.

Mais « on s’est également aperçu que le volume produit ne génère pas obligatoirement plus de revenus, parce que dans nos fermes, on travaille surtout sur l’efficacité économique et la création de valeur ajoutée », détaille M. Restif. « Au bout du compte, la rémunération du travail est plus importante sur nos fermes, même avec des tailles inférieures », ajoute-t-il.

Selon l’étude, les fermes AD créent davantage de richesse (+24% de valeur ajoutée par actif) par rapport aux exploitations du Rica, et ce malgré une production de lait de vache inférieure : « Comparées aux fermes Rica, les fermes AD ont 12.000 euros de résultat courant avant impôt en plus, avec 19.000 euros de production en moins. »

Par ailleurs, dans les fermes AD, 48% de la valeur ajoutée et des aides de la PAC servent à rémunérer le travail contre 33% dans les fermes Rica. « Le revenu disponible annuel pour l’exploitant non salarié est alors de 21.123 euros comparé à 6.974 euros dans les fermes Rica », assure l’étude.

« Ce qui nous intéresse, c’est de porter un modèle agricole alternatif qui fonctionne du point de vue économique et environnemental. Surtout dans le cadre des discussions des états généraux de l’alimentation qui ont lieu actuellement », a expliqué à l’AFP Arnaud Gauffier, responsable agriculture au WWF France.

Car force est de constater que « l’augmentation de la productivité du travail dans les exploitations agricoles, la forte dépendance aux intrants et la course aux investissements ne sont plus gage d’efficacité économique. Il faut sortir de la religion des volumes », assure l’ONG.

Catégories :Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s